1 In Vie de maman

Mon tourbillon

Tu grandis, mon petit homme. Presque déjà grand mais toujours un peu mon bébé. Tu m’échappes petit à petit.

Tu voles à la rencontre de toi-même, te heurtant parfois à des murs, à nos filets à papa ou à moi, ou bien alors souvent, tu passes à travers.

Mon bébé. Mon tout premier bébé, celui grâce à qui je suis devenue maman, et grâce à qui j’apprends tous les jours encore à l’être. Celui avec lequel je fais des erreurs, je corrige mais tu n’hésites pas à me montrer qu’il faudrait plutôt faire comme ça. Ou bien alors comme ça … Aujourd’hui est bien souvent différent d’hier.

Mon fils aux boucles entremêlées et un peu folles, tu es chaque jour un vent vif qui réveille et qui force à croquer la nouvelle journée à pleines dents. Impossible de se reposer à tes côtés, et ça fait du bien (même si parfois, on aimerait bien souffler un peu). Tu n’en finis jamais de te questionner sur tout, de t’émerveiller devant un avion qui passe, un camion poubelle, une fleur qui pousse.

Mon petit garçon aux jolies boucles dorées, au sourire jusqu’aux oreilles ou à la moue boudeuse (ton « temps noir » ne résiste jamais longtemps car un rire est toujours à la porte), tu me remplis d’un bonheur immense comme tu parviens à m’exaspérer, ayant compris mieux que quiconque comment me pousser à bout. Et pourtant, un câlin de toi, un peu de vent dans tes yeux, et tout est déjà oublié.

Mon petit être rieur et fantasque, mon petit monsieur douceur aussi quand tu cherches à consoler ton petit frère, à aider papa à porter les courses (pour ne pas qu’il soit trop fatigué) ou à masser mon dos douloureux. Mon petit costaud au coeur « plus grand que la maison » qui décide à qui et quand tu accorderas ton moment de tendresse. Car tu es sélectif, c’est vrai, mais quand tu donnes, tu donnes tout entier, tu ne triches pas.

Mon petit tourbillon de vie, mon tourbillon d’émotions, chaque jour qui passe je te vois t’échapper, gravir de nouvelles marches, et je n’arrive pas à être triste (enfin, pas encore).

Non.

Je suis fière.

Fière d’être ta maman, mon petit dragon, mon loulou <3

Je t’aime.

 

enfant, lac gelé

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Michael
    31 janvier 2017 at 22 h 01 min

    Très touchant.. Bravo

  • Leave a Reply